Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nouveau blog de jechantemagazine

Le blog du magazine JE CHANTE ! Les archives du journal créé en octobre 1990.

Françoise Kucheida parle d'Allain Leprest (1996)

Kucheida-CD.jpg

Parlons de ton disque — la meilleure vente actuelle du catalogue Saravah. Comment s’est fait le choix des chansons ?

 

Le choix des titres a pris du temps. Si on me demandait de me définir, je dirais que je suis une chanteuse réaliste. J’aime la chanson qui parle de la vie concrète, et c’est ce qui me passionne chez Leprest et chez les artistes qui te parlent de choses que tu peux côtoyer tous les jours. Pour ce disque, je voulais rechercher dans le répertoire mais Pierre, craignant que ça ne soit trop passéiste, a insisté pour qu’il y ait aussi des inédites. Il y a donc les deux chansons que m’ont faites Allain Leprest et Romain Didier (Le petit Jupiler et Le chevalet de Liévin) et Léon, que j'ai écrite quatorze ans auparavant. Toutes les autres sont des reprises, certaines très connues, des « monstres » comme Adelaïde, Le petit bal perdu, La bohème et Les petits papiers. On m'en a suggéré aussi, ça a été un travail d'équipe. À cette époque, je ne connaissais pas Tournesol, de Prévert, et Pierre me l’a faite écouter, interprétée par Montand. Je ne connaissais pas non plus La chanson de Margaret (de Pierre Mac Orlan) et elle m’a plu tout de suite. C’est exactement le style de chansons que j’aime !

 

Parmi les reprises, on trouve aussi deux magnifiques chansons de Barouh : L'allégresse et Chanson pour Teddy.

 

La première fois que Pierre a entendu ma voix, il m’a tout de suite imaginée chantant ses propres chansons, parmi celles qu’il aime le plus. Il m’en a fait écouter quelques unes et j’ai choisi celles qui me plaisaient, comme Chanson pour Teddy.

 

Barouh a composé une nouvelle musique sur Les amants de la Place Dauphine, le poème d’Aragon. On en connaissait une version écourtée, par Monique Morelli (en 1965), musique de Leonardi, sous le titre : Jean Julien je ne puis.

 

Les amants de la Place Dauphine est une succession de tableaux, elle est difficile à chanter sur scène, parce que trop longue : douze couplets dans le langage très académique propre à Aragon. Je crois que Morelli commençait par le cinquième couplet. Je me suis régalée dans ces tableaux ! Moi, qui ais le goût de l'insolite, je me sentais bien dans la peau de cette femme qui vient de vivre une nuit extraordinaire et qui raconte son histoire à son mari...

 

Au sujet de la chanson Le Petit Jupiler, je croyais, à première vue, qu’il s'agissait d'une coquille...

 

Jupiler est une marque de bière et tout le monde croit que c’est Jupiter... À Liévin, presque tous les bistrots portent cette marque en enseigne et pour Leprest, un Jupiler est un bistrot !

 

Le chevalet de Liévin a été écrite spécialement pour toi ?

 

Quand les artistes viennent chanter aux Trois Pierrots, ils logent à côté du chevalet du puits 3 de la mine de Liévin, où a eu lieu la dernière grande catastrophe, il y a vingt ans, le dernier coup de grisou qui a fait quarante morts. « Le chevalet », dont le nom véritable est chevalement, c'est cette énorme structure métallique où se tenait la cage qui descendait les mineurs au fond de la mine. Maintenant, les puits sont bouchés, les bâtiments ont été rasés mais la municipalité a gardé deux chevalets, pour le souvenir. Un matin, Leprest est passé devant ce chevalet, éclairé par un lever de soleil magnifique, et il a fait un parallèle entre le chevalet de la mine et celui du peintre... Un an plus tard, en allant déjeuner au Café de la Mairie d’Ivry qui est son Q.G., je lui rappelais sa promesse de m’écrire une chanson. « Je te la fais ce soir, je te promets, tu l’auras ce soir ! », me dit-il. Et sur le rond de bouteille qui traînait sur la table, il commence à écrire : « terril, corons, charbon, chevalet... » et me dit : « Tiens, je connais déjà son titre : Le chevalet de Liévin. » Et le soir même, il faxait le texte de la chanson chez Romain !


Extrait de l'interview de Françoise Kucheida parue dans JE CHANTE ! N° 20.
Propos recueillis par Raoul Bellaïche et Colette Fillon, le 15 mai 1996, à Montauban.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thivet Philippe 21/09/2011 22:57


Good bye Monsieur Leprest

La lune éteint son p’tit lampion
Trois petits tours et puis s’en vont
Plus de Pierrot, plus de soucoupe
Le cosmonaut’ fait son plongeon
Comme un cheveu noir sur la soupe

L’été nous donne un foutu scoop
Et ce 15 août est bien funeste
Good bye Monsieur Leprest

Ses deux « L » plantées dans le dos
L’artiste a tiré le rideau
Plus de chansons à bricoler
La poésie aura bon dos
Son oiseau rar’ s’est envolé

Quelques mots pour se consoler
Comme on lâch’rait un peu de lest
Good bye Monsieur Leprest

A plus d’un tour dans votre manche
S’il fallait que le cœur s’épanche
Vos mains ont eu le dernier mot
Lundi s’habillait en dimanche
Et j’ai chialé comme un marmot

Mozart a fermé son piano
En voilà une triste sieste
Good bye Monsieur Leprest

Et si les cœurs trop généreux
A tant vouloir se mettre en deux
Vont jusqu’à se donner la mort
Plus de malic’ dans votre œil bleu
Qu’un point final dans le décor

Le poète n’a pas toujours tort
Mais la vie retourne sa veste
Good bye Monsieur Leprest

Qu’on vous donne de vos nouvelles
Mais le forçat s’est fait la belle
Aux maillons de nos chaîne(s) hifi
Et un coco dans l’eau du ciel
Nous fait un drôl’ de rififi

L’été pleut sous nos parapluies
Les yeux c’est tout ce qu’il nous reste
Good bye Monsieur Leprest

L’été pleut sous nos parapluies
Les yeux c’est tout ce qu’il nous reste
Good bye Monsieur Leprest

Philippe Thivet
(15/08/2011)