Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nouveau blog de jechantemagazine

Le blog du magazine JE CHANTE ! Les archives du journal créé en octobre 1990.

Rééditions Odéon-EMI


Moustaki-Salem.JPG

  

Eddie Salem verso

GEORGES MOUSTAKI

Les enfants du Pirée

De Shangaï à Bangkok

Dans mon hamac

En juin 1960, Georges Moustaki enregistre, sous le pseudonyme de Eddie Salem (voir JC n° 20), deux super 45 tours sur le label Ducretet Thomson, dans la série « Pour danser ». Le premier comprend quatre titres  d'inspiration « orientale » interprétés en franco-arabe (Ya ma leili, J'ai déjà dit non). La préface de ce 45 tours insiste sur l'absence de direction d'orchestre : « Tous les participants — musiciens attitrés et amateurs inspirés venus se mêler à eux — se livrent à leur fantaisie en brodant sur le thème donné, et apportent toute leur spontanéité à l'ambiance générale. »

Sur le second EP, Moustaki-Salem reprend en bilingue Les enfants du Pirée, grand succès de l'année, et deux autres chansons grecques. Les sept autres titres de ce premier CD constituent donc des inédits, enregistrés dans la foulée, mais jamais publiés à ce jour : la version anglaise du Jugement dernier (qu'il enregistrera l'année suivante), des traditionnels (When the saints, Old black Joe), un standard d'Elvis Presley (All shook up), deux slows et un rock parodiques (Ce sera ta fête, Je veux t'aimer et Le rock des proverbes). Entouré d'une bande de copains (notamment Hugues Aufray et Henri Garcin), Moustaki se révèle être un sacré déconneur !

Les deux autres CD reprennent l'intégralité des enregistrements Ducretet Thomson (7 EP entre 1960 et 1966) déjà publiés plus cinq titres rares parus uniquement sur des compilations (La mer m'a donné, C'est celle-là que j'aime, Riviera, Les derniers sont les premiers, Fleurs de méninge). Bonus : deux inédits de 1960 (Mi muchacha, Port d'Espagne) et la première version du Facteur, enregistrée en 1964. 

Moins portées par un personnage et une époque comme dans la décennie suivante, les « chansons de jeunesse » de Moustaki ne manquent pourtant pas de charme ! Certaines sont surtout connues par ses interprètes (Les amours finissent un jour, Eden blues, Les musiciens, De Shangaï à Bangkok). 

• CD 855 113-2, 855 114-2 et 855 732-2.

 

Jean-Claude Pascal

Nous les amoureux

Après le CD de la collection La chance aux chansons (1991), voici une nouvelle compilation de Jean-Claude Pascal, qui essaye de ne pas « doublonner » avec celle éditée, l'an dernier, par Michel Chaineaud. 20 titres, sur les quelque deux cents (au moins) enregistrés par notre crooner entre 1955 et 1967 à La voix de son maître, c'est peu... mais toujours bon à prendre ! Rien que pour Nous les amoureux, L'absent, L'amour quotidien, Ma muse ou Tête de bois, cette compilation est indispensable.

• CD 854 844-2.

 

Billy Nencioli

Porte des Lilas

Mort discrètement le 23 juillet 1997, Billy Nencioli venait de faire l'objet d'une belle compilation, la première réédition de ses chansons depuis leur création. Musicien d'orchestre de danse au départ, Billy débute une carrière d'ACI dans les années 50. Il enregistre son premier disque chez Barclay en 1955 (Ferme ta fenêtre), un 45 tours simple resté sans suite. La guerre d'Algérie s'éternisant, Billy fera partie de ces rappelés mis en scène dans On lui a donné, une des très rares chansons de l'époque (novembre 1957) qui évoque, avec pudeur et fausse résignation, les « événements »... Un an plus tard, Nencioli est primé par l'Académie du Disque Français pour Porte des Lilas, peut-être sa chanson la plus connue, également enregistrée par Claude Parent. Sur cette compilation, on retrouve ces deux titres, ainsi que dix-huit autres, issus du catalogue Columbia/Pathé des années 1956-1961.  

« Il est venu à la chanson sans faire de bruit, presque timidement, sur la pointe des pieds, avec tact, gentillesse et sur les lèvres des chansons qui lui viennent du cœur », dira de lui Charles Aznavour. Un autre préfacier, anonyme celui-là, écrira : « Ses chansons ont une chaleur douce qui nous fait du bien, une profondeur et une résonance humaine. Dans cette époque cahotique, il réussit, avec des moyens modernes, à nous redonner le simplicité et la sérénité. » Difficile à classer, peintre des « petites gens », Billy Nencioli rappelle parfois René-Louis Lafforgue, Francis Lemarque, d'autres, et ... parfois personne ! (Il a mis sa chemise blanche, une étonnante chanson proche de la nouvelle.) 

Un auteur à redécouvrir (notamment sa période Barclay et l'album réalisé avec Baden Powell), dont l'œuvre enregistrée totalise une centaine de titres. En 1967, Martine Baujoud fit un succès de son hommage à Monsieur Charlie Chaplin, personnage à qui, finalement, on peut parfois rapprocher Billy Nencioli.

• CD 856 627-2.

 

Jean Marais

Chante Marais et Cocteau

C'est en poussant son fils adoptif, Serge Ayala, à enregistrer un disque que Jean Marais « entre en chanson». En 1964, en pleine période Fantômas,  il demande à Janine Bertille, compositrice, de mettre en musique les « chansons parlées » que Jean Cocteau lui avait écrites. Après avoir travaillé le chant avec Mme Charlot, Marais entre en studio. « L'enregistrement n'est pas facile », admet-il dans Histoires de ma vie, Albin Michel, 1975). « J'admire la patience et le talent des techniciens. J'enregistre du même coup un 33 tours et un 45 tours. Nous sommes obligés de tricher, car dès que j'ai l'orchestration dans les écouteurs, j'oublie la mélodie. Il me faut l'orchestre sur une oreille et la mélodie au piano sur l'autre. D'autre part, le chef d'orchestre est obligé de me taper sur le bras pour me donner le départ. Le disque a de bonnes critiques, mais un succès relatif. » 

Le présent compact réédite l'intégralité du 30 cm, trois titres du 45 tours ainsi que douze textes signés Jean Marais que le comédien enregistrera dans la foulée. Et un inédit. Accompagné par François Rauber est, assurément, meilleur diseur que chanteur. Les monologues sont excellents (Je l'ai perdue).

• CD 854 846-2.

 

Monique Morelli

Fleur de berge

À l'exception de quelques titres, les enregistrements Pathé et Ducretet-Thomson de Monique Morelli (cf. discographie dans JC n° 12) n'ont jamais été intégralement réédités. Les voici, enfin, ces 22 titres parus, en 1957 et 1958, sur un 25 cm, un EP et un 30 cm, dont les originaux ne courent pas les rues... « Classiques de la chanson musette » ou créations contemporaines (Rue de Lappe), qu'elle chante des auteurs reconnus (Mac Orlan, Simonin, Carco, Couté) ou des faiseurs de chansons (Benech et Dumont), la grande Morelli se révèle être une interprète puissante de la chanson populaire.  

• CD 855 109-2.

 

Joséphine Baker

C'est vous

Sur les dix-huit titres de cette compilation, des chansons de Tranchant, Varna, Scotto, des adaptations de standards du typic (Besame mucho), des nouvelles versions de La petite Tonkinoise et de J'ai deux amours, des reprises (La vie en rose, Hello Dolly). Et un inédit (C'est vous). 

• CD 855 240-2.

 

Gloria lasso

Bon voyage !

Bambino, Dansons mon amour, Du moment qu'on s'aime, Histoire d'un amour, Buenas noches mi amor, La violetera, Le torrent... Au milieu des années 50, les répertoires de Gloria Lasso et de Dalida se confondent parfois. Cette compilation rassemble aussi des succès propres à Gloria (Étranger au paradis) et aussi des reprises de Bécaud, Aznavour ou Robert Nyel (Magali).

• CD 854 848-2.

 

Bourvil

La ronde du temps

Adèle

En attendant l'intégrale, voici deux fois Bourvil, un simple et un double CD. Sur le premier, 20 titres peu connus enregistrés entre 1946 et 1966. Comme pour Pierre Perret, on peut distinguer le « tendre » Bourvil du « rigolo ». Dans la première catégorie, Mon frère d'Angleterre, Bonjour, monsieur le maître d'école ou La ronde du temps. Dans la seconde, Les abeilles, par exemple.

Le second disque, un double, rassemble 36 titres dont La tendresse, C'était bien, Ballade irlandaise, Les crayons, des extraits d'opérettes (La route fleurie, Phi-Phi, Ouah ! Ouah !, La bonne hôtesse), des chansons de films et deux très beaux poèmes de Camille François enregistrés en 1952 : Frédo le porteur et Vive la mariée.

• CD 855 112-2 et 855 973-2.

 

Zizi Jeanmaire

Rétro song

Réédition intégrale d'un album de 1977 consacré en grande partie à Serge Gainsbourg, mais aussi à Béart (Fière à jambe), Nougaro (Frileuse) et Dimey (Mon truc en plume). Plus deux adaptations de standards américains : Stormy weather et I got it bad

• CD 855 245-2.

 

Henri Genès

À Bobino

« Sous Clemenceau, Henri Genès aurait été comique-troupier, écrit Pascal Sevran dans son Dictionnaire de la chanson française (Carrère-Lafon, 1986). Sa carrure de rugbyman lui interdit les emploi d'amoureux transis. Aussi a-t-il donné libre cours à sa truculence méridionale avec un certain succès, une présence formidable. » Les chansons d'Henri Genès, né en 1920, ici accompagné par Charlie Oleg, n'avaient jamais été rééditées. En voici 19 enregistrés en public entre 1959 et 1962.

• CD 855 242-2.

 

Jean Constantin

À la scène et à la ville

Après les années Vogue, rééditées en 1994 par BMG, Odéon-EMI nous propose 20 titres de Jean Constantin extraits du catalogue Pathé : l'album enregistré à Bobino en 1956 (c'est en public où il est meilleur) et le 25 cm de 1953. « La personne même de Jean Constantin est un spectacle en soi. Ce n'est pas un chanteur, plutôt un chansonnier qui tape sur un piano; mais il ne faudrait pas que le côté rigolard de Jean Constantin nous cache son autre muse, celle des heures tendres. » (Pascal Sevran)

• CD 856 642-2.

Raoul Bellaïche

 

Germaine Montero

Chante Mac Orlan, Béranger et Ducreux

• CD 855 886-2).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article